Aide publique aux médias privés?

Le fait que les medias puissent être détenues par de richissimes acteurs peu poser une certaine question d’indépendance de la presse. Or, serait-il normal d’interdire les investisseurs privés de détenir un media au risque qu’ils le détourne de sa mission première, nous informer, pour manipuler l’information ou l’opinion à son avantage, autant industriel que politique? Question difficile.

Cependant, un autre problème me chagrine. C’est les aides étatiques pour une large partie des medias, détenus, ou non, par de riches investisseurs. Ce que je trouverai normal, c’est de ne pas distribuer l’argent publique aux médias qui ne remplissent pas leur mission première: informer la population d’une façon complète et neutre.

La culture ou la science pourrait être des raisons de ce financement mais quid des magasines de mode, de ragots mondains, des chaine de decorations ou de bolides en tout genre, des supports de divertissements niés et sans qualités intellectuelles? Quelle mission d’intérêt générale remplissent ces médias pour qu’ils bénéficient de l’argent publique, et donc de celui des contribuables? aucune il me semble.

De plus, généralement, quand un homme d’affaire investi quelque part c’est pour faire fructifier son argent. Or les médias ne sont que rarement bénéfique à ces investisseurs. C’est pourquoi nous pouvons déduire assez facilement qu’ils ne sont pas utilisés pour ça. Alors pourquoi? Deux solutions: soit pour faire de la publicité déguisée, et voir le média comme un investissement pour faire croitre la vente d’autres produits. Soit afin d’atteindre les citoyens de façon massive pour pouvoir exercer des pressions politiques. Dans ce deux cas pourquoi l’argent publique les financerait? Pourquoi l’état devrait les aider à maintenir ces systèmes qui permettrais aux investisseurs de manipuler les citoyens a des fins électorales ou consuméristes?

Bref, ce système d’aides publiques ne permet en aucun cas un débat démocratique libre, une information de qualité et l’amélioration continuelle de la qualité des medias et de leur contenu. Il ne fait que maintenir en place les meme acteurs de l’information. Ce financement est une pression sur les medias pour qu’ils ne fassent pas trop de vagues et le pouvoir des medias est une pression sur le pouvoir politique. donc rien ne bouge et l’information se fait difficilement. Certains médias et certains journalistes font un travail formidable mais combien de ne le font pas, s’autocensure ou se font censurer?

Une bonne idée serait de revoir complètement ce système d’aide publique afin d’aider les médias utiles et indépendants. Mais viennent les questions délicates: comment définit-on l’utilité d’un média? A partir de quand un média n’est plus indépendant?
Un comité pourrait analyser son contenu et définir son utilité publique, ou non. C’est ce que fais la CCIJP pour savoir si un journaliste fait vraiment du journalisme, non?
Pour ce qui est de l’indépendance d’un média, il devrait être détenu à au moins 67% par ces propres journalistes et dont personne ne détient plus de 33% des parts. Un journaliste étant reconnu pour son travail utile à la société. On en revient a la CCIJP qui défini le journaliste par l’attribution de sa carte de journaliste en fonction de son travail. Si ces deux conditions sont remplies, alors l’état aiderai ce media selon des règles définies à l’avance. soit égalent pour tous, soit proportionnel au travail fourni par le média…

cette idée permettrais de réduire les investissements de l’état autour d’acteurs faisant preuve de professionnalisme, car reconnue, apportant une réel valeur aux débats publiques et aux informations, sans être dépendant du financement d’acteurs puissants.

apparemment je ne suis pas seul a le penser.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *